Brevet des Ballons Vosgiens - seconde partie - dimanche 21 juin

Publié le par Cigogne

Dimanche 21 juin. Seconde journée de mon Brevet des Ballons Vosgiens. Le temps est couvert, mais la pluie à cessée. Toutefois comme le thermomètre n'indique que 5 petits degrés, les manchettes et le maillot imperméable à manches longues sont enfilés. Et c'est parti.

Une petite descente rapide pour rejoindre La Bresse, vite traversée, puis, sans avoir eu le temps de s'échauffer, c'est la première montée, difficile, vers le col du Brabant. 4 kilomètres à 6 % de pente moyenne. On souffle un peu, prends quelques clichés et redescends sur Cormiront avant de remonter, immédiatement vers la Croix des Moinats. La pente est plus raide (6.96 %) et surtout plus longue (6 kilomètres). Le soleil est de retour. De plus avec cette ascension difficile la transpiration à détrempé les manchettes. Je décide de quitter mon maillot imperméable et mes manchettes et de continuer en manches courtes.
Une nouvelle descente, par le Col des Hayes nous ramène à Saulxures.  Et nous entamons notre troisème ascension de la matinée avec le col de Morbieux. 4 kilomètres pour monter de 290 mètres (8.29 %). Comme la veille, le 30 dents est largement mis à contribution. Mais je ne mouline pas assez à mon gré. Un 28 dents devra être envisagé, si je décide de continuer continuer dans l'obtention de mon Brevet Cyclo Montagnard les années prochaines.
Une douzaine de kilomètres plus loin c'est Fresse sur Moselle. Arrêt repas bienvenu, sur les murets de la petite place devant la mairie. Cela fait un peu moins de trois heures que nous roulons. Le temps se couvre peu à peu, mais il ne pleut toujours pas. Je discute avec un cyclo qui est parti de Mulhouse le matin même, à 5 heures. Il y a des fous...

Après le repas, c'est le plat de résistance de la journée. 2 derniers petits kilomètres, par une voie verte, nous amènent à Saint-Maurice, au pied du Ballon d'Alsace. 9 kilomètres pour un dénivellé de 685 mètres (7.61 %). Il me faudra un peu plus d'une heure pour atteindre le sommet. Durant l'ascension, une pluie fine refait une apparition. Je continue quand même. Deux supportrices d'une équipe participante me prennent en photo devant le panneau matérialisant le sommet. Le thermomètre indique 7 degrés. Dire que nous sommes le 21 juin. Le jour de l'été !
Puis c'est une longue descente (12 kilomètres) en direction de Seven. Cette fois il pleut vraiment et la route ressemble de plus en plus aux tapis d'eau des parcs aquatiques. De surcroît, mes vêtements de pluie ne sont pas secs. Je décide de ne pas les mettre. Mouillé pour mouillé... Mais j'ai froid.
Nous passons Masevaux, et c'est le col du Schirm, dernier col de la journée qui nous attend. Encore 4 kilomètres à 5.71 %. On finit par se demander à quoi bon monter puisqu'on redescend immédiatement ensuite. De fait on redescend sur Bourbach avant un dernier petit effort, 2 kilomètres à 5.75 % vers Rammersmatt, dernière difficulté de ce brevet des Bollons Vosgiens. Quelques kilomètres plus lon nous arrivons, sous le soleil (enfin) au contrôle de Leimbach. Il ne reste plus qu'à rejoindre Mulhouse, situé à une trentaine de kilomètres (plats) pour avoir le droit de poser le vélo.

C'est fini. Je viens de passer mon permier brevet de Cyclo Montagnard. Ouf. Je suis heureux.
Ce jour j'aurais fait 129 kilomètres, en 7.31 heures pour un dénivellé de 2009 mètres. Au total, sur les deux jours, cela donne 212 kilomètres, un dénivellé de 3597 mètres pour 12.08 heures de selle soit 17.65 kilmètres/heure. Pas si mal, à la veille de mes soixante ans.

A noter l'excellente qualité de l'encadrement et de l'oragnisation, que ce soit au niveau du flèchage, des différents contrôles, de la soirée étape que des motos de la sécurité qui n'ont cessé de nous accompagner tout au long de ces deux jours.


Le tracé :


Le profil :


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article