Bonjour de la Marne à l'Ourcq à Thorigny

Publié le par Cigogne

Dimanche a eu lieu l'une des dernières randonnées de l'année organisée par le club de Thorigny, "Bonjour de la Marne à l'Ourcq". Avec Jean-Claude, Roland et André, nous nous sommes donné rendez-vous, prêt à rouler, à 8 heures pour participer au circuit de 104 kilomètres.

J'arrive près d'une demie-heure avant. Le matin il me faut toujours un peu de temps pour me mettre en route. En plus, je traîne un restant de grippe et mon nez continue à fuir. Ploc, ploc, ploc. Peu après je suis rejoins par André qui me présente un de ses amis qui va rouler avec nous. Par contre, aucune nouvelle de Jean-Claude et Roland. Tenant compte de la distance à parcourir, à huit heures, nous décidons de prendre la route. En arrivant à l'extrémité du parking, j'avise les deux retardataires qui déchargent leurs vélos. Je marque une pause pour leur dire que nous partons devant et que, comme ils roulent mieux que moi, ils n'auront aucun mal à nous rejoindre. Seulement, pendant ce petit laps de temps, André est parti. Et lui aussi, il roule bien. D'autant qu'il n'est pas seul.

2010-10-03 09-50-00 114 Isles-les-MeldeusesJ'appuie sur les pédales, et file d'autant plus rapidement que le vent m'est favorable en ce début de parcours. Je dévalle la côte de la Violette, passe Anet puis Clayes Souilly. A plusieurs  reprises, à la faveur de lignes droites, je l'apreçois au loin, mais ne parvient pas à le rejoindre. Mon nez continue à faire ploc ploc ploc. Je décide de lever le pied et de cesser une poursuite qui semble vouée à l'échec et d'attendre le retour de Jean-Claude et Roland.

Les kilomètres s'égrennent. Les localités aussi. Messy, St Mesmes, Iverny, Monthyon... Personne ne revient de l'arrière. Après une quarantaine de kilomètres de route, je rattrape deux cyclos d'Emerainville. Je décide de rouler avec eux. A trois, ce sera plus facile, d'autant que le paysage qui semble plat, ne l'est pas... et de loin. Les côtes s'enchaînent. 

2010-10-03 10-35-29 874 Coulombs-en-ValoisPeu après Vendrest, nous croisons un groupe de cyclo dans  lequel je suis surpris de voir André. Il me fait un signe de la main que je ne comprends pas. Puis nous arrivons à Coulombs-en-Valois et là, surprise. Le fléchage, fort bien fait au demeurant (même si des flèches jaunes sur un fond jaune...), a totalement disparu. Nous nous arrêtons auprès deux deux habitants qui nous renseignent sur la route à prendre. Ils nous apprennent que nous avons loupé une bifurcation quelques kilomètres plus tôt. Nous décidons donc de rejoindre le tracé officiel en passant par Dhuisy. Heureuse initiative. Elle nous permet de nous offrir ainsi une belle ligne droite de 4 kilomètres avec un vent de face assez violent. Même dans les descentes, en pédalant, le compteur à du mal à passer au-dessus des 20 kilomètres/heure ! Et toujours, ploc ploc ploc.

Peu avant le contrôle de ravitaillement, dans St Jean les 2 Jumeaux, nous passons de 117 mètres à 232 mètres en un peu moins de 2 kilomètres. Un pourcentage et une longueur bien loin des ascensions italiennes, mais pénible quand même.

Ce contrôle est le second, mais le premier a été mis en place tardivement, ce qui fait qu'il s'agit du premier et seul arrêt sur la parcours. Nous apprenons que nous avons fait un détour d'une dizaine de kilomètres. Il ne nous reste plus qu'à rentrer. 30 derniers kilomètres avec un vent défavorable.

Au final, j'aurais couvert 112.46 kilomètres en 4.49 heures (vitesse moyenne de 23.3 kms/h) et cumulé un dénivelé de 955 mètres. J'aurais également passé, avec près de trois semaines d'avance sur l'an dernier, la barre des 10000 kilomètres depuis le début de l'année.

Mais ce qui aura été le plus remarquable dans cette randonnée, c'est la magnifique démonstration d'unité et d'esprit de club que nous aurons offerte. Lors du Tour de l'Essonne, nous avions réussi l'exploit de faire trois groupes de cyclos alors que nous n'étions que six. Cette fois nous aurons fait aussi bien, mais à quatre. Finalement, un record c'est fait pour être battu, non ?

 

Le profil
Sortie club extérieur 03-10-2010, Altitude - Distance

 

Le parcours (version longue)

Sortie club extérieur 03-10-2010

Commenter cet article

veloblan 15/10/2010 09:42



L'unité dans un club est tes difficile, c'est bien pour ça que je roule seul a 95%



Cigogne 15/10/2010 10:40



... et c'est bien pourquoi il y de plus en plus de chances pour que je prenne une licence fédérale l'an prochain



Bruno 07/10/2010 23:14



Avec un petit effort vous auriez pu faire 4 groupes


cricri fait le malin avec ses dénivelés mais ce n'est rien par rapports aux lignes droites de 4km qui sont toujours vent de face sans abri dans la plaine et bien entendu en faux plat



Cigogne 10/10/2010 20:49



Bien d'accord avec toi, sur l'appréciation d'une longue ligne droite, face au vent. C'est éprouvant.


Par contre je me garderais bien de lui reprocher ses cumuls de dénivelés, pour une raison fort simple : je sais bien que si j'habitais dans son coin, je ferais exactement comme lui. Et du coup tu
serais obligé de me rappeler que les longues lignes droites, face au vent...



jean claude 07/10/2010 22:18



si un record est fait pour etre battu celui la ne mérite pas le   ( trophé du record ) jc



Lili 07/10/2010 09:29



C'est beau l'unité dans un club ,chacun pour soi que du bonheur,enfin c'est la vie bon courage monsieur mon mari