L'indéniable avantage des pneus tubuless...

Publié le par Cigogne

Il y a une dizaine jours, lors de la réunion hebdomadaire du club, Joseph nous présentait le dernier cadeau qu'il venait de se faire : une magnifique paire de roues tubuless. Remarquablement équilibrées, légères, elles allaient lui apporter de nouvelles sesnsations et un confort accru, ce qui n'est jamais négligeable.En plus, elles allaient lui éviter les éventuels problèmes - toujours assez désagréables - de crevaisons.

Le lendemain, au cours de la Randonnée des Vacances à Champs-sur-Marne, il étrennait cette nouvelle paire de roues et nous faisait part de son enthousiasme et d'un plaisir renouvelé de rouler.

Dimanche dernier, sortie club traditionnelle. Nous ne sommes que cinq à partir. Monique, Michel, Claude, Joeph et moi. En fait nous étions sept, mais Jean-Claude et Christian avaient décidé d'effectuer une sortie plus longue et étaient partis plus tôt.

110720105451107201055111072010553Arrivé à Villeneuve-le-Comte, Joseph nous signale qu'il vient de percer à l'arrière (naturellement). Percé avec ses toutes nouvelles roues tubuless, chaussées de neuf ! Il aura quand même réussi à parcourir près d'une centaine de kilomètres avant la première crevaison. Une petite prouesse. Notre petit groupe s'arrête donc pour réparer.

Premier problème. Ne pensant pas rencontrer ce genre de problème aussi rapidement, Joseph n'a pas encore fait l'acquisition du matériel nécessaire pour réparer. Qu'a cela ne tienne. Il va démonter sa valve et mettre une chambre à air pour pouvoir continuer la sortie avec nous. Le démontage est quelque peu laborieux. Le pneu est assez raide et nécessite l'utilisation de démontes-pneus particuliers, plus souples. Avec l'aide de Michel, technicien hors pair, cela ne se passe pas trop mal. Par contre la remise en place du pneu, une fois la chambre installée pose davantage de problème. Le pneu oppose une résistance farouche inhabituelle. Malgré tout il fini par reprendre sa place. Un petit coup de gonflage et... l'embout de la valve se casse. Il n'est plus possible de gonfler la roue. Seule solution : redémonter pour procéder au remplacement de la chambre à air. Oui mais... sur ce genre de roues il faut obligatoirement une chambre avec une valve haute... ce que personne ne possède. Tous les cyclos présents n'ont que des chambres munies de valves courtes. 

Que faire ? Il est envisagé, un moment, que l'un de nous rentre afin d'aller chercher un véhicule pour ramener Joseph et sa monture blessée chez lui. Comme dimanche dernier, lors de la crevaison de Claude, ces dames en profitent pour échanger d'aimables propos.

Mais il n'est pas dit qu'un simple problème de valve puisse tenir en échec Michel. Il pousse, tire, secoue cette dernière tant et si bien qu'à bout de résistance, elle finit par accepter de laisser passer l'air dans la chambre. C'est gagné. Mais cette banale réparation qui, sur une roue ordinaire nous imobilise au grand maximum une dizaine de minutes, nous aura tenu en échec près de quarante minutes. Un record.

Vive le progrès et vive les pneus tubuless

Commenter cet article

joseph 02/08/2010 11:14



Etant l'heureux propriétaire de ces roues "two ways fit" et le responsable de cet incident, je suis obligé d'apporter quelques commentaires:


1. les pneus étaient neufs, mais c'est arrivé à tout le monde de percer,même avec des pneus neufs, le risque de crevaison étant encore amplifié par le poids du cycliste (93 kg dans mon cas)


2. L'incident était encore pire que relaté car, en tentant de gonfler la première chambre à air (qui avait une valve de 52mm) j'ai trouvé le moyen de casser la valve! On a alors mis une 2ème
chambre (mais valve trop courte) avant de mettre une rustine à l'intérieur du pneu (réparation qui tient encore)


3. Le savoir faire de Michel, sa ténacité et sa disponibilté m'ont évité de rentrer piteusement à pied ou en voiture. Merci à lui..


4. En revanche, il y a trois enseignements à retirer. a) La manipulation des tubeless est beaucoup plus dure que celle des pneus classiques, on n'aurait pas pu faire çà en hiver;
b) il vaut mieux les remplir d'un liquide spécial mis au point par huchinson qui limite le dégonglage et permet de rentrer chez soi pour réparer (à vérifier et à trouver car tous les vélocistes
n'en ont pas) c) on peut quand même réparer sur place.


5. Mais au fond, je suis très satisfait de mon acquisition, car j'ai pu constater les 2 avantages principaux des pneus tubeless: a) le confort de roulement, même en gonflant à 8 bars, et b) la
crevaison lente, ce qui est un gage de sécurité, par exemple en descente.



Cigogne 02/08/2010 16:49



Précisions bienvenues. Merci pour ta contribution et ton avis sur les pneus tubuless



Helliot 31/07/2010 07:34



d'où l'intérêt des sorties club ou en petit groupe, avec le super mécano Michel qui va bien


en VTT le tubeless est plus efficace, mais une réparation en pleine nature impose d'avoir tout le matériel avec soi


 très bien écrit Cigogne



Cigogne 31/07/2010 11:10



Le club est de toutes façons (à mon avis) incontournable. Pour bien des raisons. Et la présence d'un super mécano, tupe Michel, en est une.



mimi 17/07/2010 15:01



Bien vu mais tu as oublié un paragraphe.


Après la dépose des chambres à air la perforation du pneu, par l'écail de verre, est toujours présente. La dernière intervention a consisté à coller un emplâtre à l'intérieur du pneu. Après il
est vrai que la mise en étanchéité de la valve fut un peu laborieuse....


 


mi



Cigogne 18/07/2010 14:06



Une précision qui méritait d'être apportée. D'autant que tu étais au premières loges, alors que je me suis contenté de faire le reportage photo (comme bien souvent)



Jef cyclo 38 16/07/2010 19:06



C'est un vrai gag! Joseph n'a pas fini de se faire "chambrer" avec ses tubeless. J'étais tenté d'investir dans ce type de roues, mais ton reportage tragi-comique m'en a dissuadé. Vive le
traditionnel!! A + Jef.


 



Cigogne 18/07/2010 14:05



Tu n'es pas le seul qui a décider de rester dans le "traditionnel". Tous les présents ce jour-là, en sont également convaincus



cricri le cyclo 16/07/2010 05:22



à publier sur un site d'histoires drôles...



Cigogne 16/07/2010 10:57



C'est sûr que cela vaudrait un sketche. Par contre, ce qui est sûr également, c'est que je ne suis pas prêt à investir dans une paire de roues tubuless. Et je ne suis pas le seul, au club