La randonnée du Merlan d'Emerainville

Publié le par Cigogne

Aujourd'hui réveil à 5.30 heures. Fait presqu'encore nuit. Et il fait très frais pour la saison. Le thermomètre a bien du mal à franchir la barre des 10 degrés. Mais il est prévu d'aller à Emerainville pour participer à leur randonnée, sur le parcours le plus long : 120 kilomètres (augmentés de la distance nous séparant du départ puisqu'il est décidé de s'y rendre en vélo).

Peu après je retrouve Jean-Claude, Roland et Alain à quelques centaines de mètres de la maison. Nous allons faire la sortie ensemble.

Une petite demie-heure plus tard, sous un ciel très très chargé de lourds nuages sombres, l'inscription faite, nous prenons le départ. Le vent, froid, ne nous est pas favorable. On va souffrir.
200620104682006201047020062010473Jusqu'à Messy, lieu du premier contrôle, les choses se passent convenablement. Il ne pleut pas encore et nous n'avons pas encore trop à nous plaindre des méfaits d'éole même si nous l'avons de face depuis la sortie d'Annet-sur-Marne. Par contre, une fois ce contrôle passé, les conditions de route changent. Plus le moindre abri pour nous protéger. La campagne a parfois des désavantages auxquels on ne pense pas. Saint-Mesme, Juilly puis Saint-Mard sont traversés en file indienne à petite allure. Fort heureusement, le vent  va nous être favorable dans la montée de Montgé-en-Goëlle, c'est toujours autant de gagné, puis soufflera latéralement dans les bosses nous menant à Monthyon, où nous attends le second ravitaillement.

Nous filons ensuite sur Barcy, puis Trilport, effectuant une large boucle autour de Meaux, pour atteindre la principale difficulté du parcours : la montée vers Brinches. En un peu plus d'un kilomètre nous allons passer de 80 mètres d'altitude à 160 mètres, avec des passages à plus de 10 %. En prime, la  pluie fait son apparition. Des averses intermittents nous accompagneront pratiquement jusqu'à la fin de notre randonnée.Jean-Claude, Alain et (surtout) Roland, vont passer un peu de temps à quitter et remettre leur maillot imperméable. Moi je conserverais le mien sur la quasi totalité du parcours.

Nous arrivons au troisième point de ravitaillement. Ils sont généreux à Emerainville. Sur un parcours de 120 kilomètres, ils en auront prévu quatre ! 

Puis c'est la plongée vers Crécy la Chapelle... pour aller chercher la côte de Tigeaux. Un dernier ravitaillement à Villeneve-le-Comte puis c'est le retour, toujours avec un vent de face. C'est à ne plus rien y comprendre. Pourtant on a effectué une boucle complète.

Au final, nous aurons réussi à parcourir les 126.75 kilomètres de la randonnée (avec 863 mètres de dénivelé) en 5.12 heures, soit quand même à la moyenne fort respectable de 24.4 kms/heure.

Une fois de retour chez moi, le compteur indique 145.69 kilomètres et un dénivelé de 971 mètres couverts en 6.04 heures (24.1 kms/h). Une belle mise en jambe pour le brevet cyclo-motagnard qui m'attend en fin de semaine prochaine, comme dit Alain.

Quant aux petits curieux qui souhaitent savoir pourquoi Emerainville a choisi de baptiser sa randonnée du sobriquet de "Merlan"... j'ai posé la question à l'arrivée : le président du club est un ancien coiffeur, aujourd'hui retraité


Le profil

 

Sortie club extérieur 20-06-2010, Altitude - Distance


Le parcours

 

Sortie club extérieur 20-06-2010

Commenter cet article

cricri le cyclo 25/06/2010 05:24



encore une très belle randonnée à ton actif. Bravo



Cigogne 29/06/2010 22:14



C'est en prévision de ce que j'allais faire la semaine suivante...