Mennecy-Montargis-Mennecy : un 200 kms à rallonge

Publié le par Cigogne

Samedi 30 avril, à mon calendrier, figure une longue distance : Mennecy-Montargis-Mennecy. 207 kilomètres. Ce qui avec les quelques kilomètres séparant le domicile de ma fille (chez qui j'ai passé la nuit précédente) devrait me faire le total très respectable de 219 kilomètres.

Je quitte son pavillon à 6.30 heures. Le jour s'est levé, mais un épais brouillard noie la campagne environnante. Ce n'est guère réjouissante. Comme la météo annonçait une belle journée, j'ai enfilé le cuissard court, mis le maillot d'éte, une paire de manchettes, le maillot de mi-saison et le coupe-vent. Comme ça, je pourrais retirer les différentes couches au cours de la journée en fonction de l'évolution de la température.

7.00. Je suis au départ. Je ne suis pas le seul. Loin de là.

2011-04-30 06-53-26 918Jean-Claude, avec qui je vais passer la journée, vient de terminer son enregistrement. Il est tout heureux à l'idée de passer une dizaine d'heures à pédaler. Moi n'aussi, mais ça ne se voit pas, vu que c'est moi qui fait la photo 

2011-04-30 07-07-33 352C'est parti. Nous réussissons à nous glisser dans un paquet de cyclos de la région. Le brouillard est toujours aussi épais et la visibilité réduite. Du coup le départ est assez prudent. Fort heureusement le fléchage est fort bien fait et les grosses flèches noires sur fond jaune se voient très bien. C'est autant de gagné. Une fois sortis de la ville nous progressons assez rapidement et les quelques côtes du début du parcours sont rapidement avalées. Bien qu'il ne fasse guère chaud, l'ambiance est bon enfant au sein du groupe. Quand le soleil daignera se montrer, nul doute que la journée devrait être belle.

Pourtant après 90 minutes de route, un malaise s'installe. Depuis une dizaine de kilomètres, aucune des localités traversées ne figure plus sur la feuille de route. Pourtant nous sommes toujours sur le parcours puisque nous continuons à trouver très régulièrement les flèches directrices. Mais les cyclos du coin sont formels. Nous ne sommes pas dans la bonne direction.

2011-04-30 09-01-44 76On marque une pause, sort les cartes de la région et devons nous rendre à l'évidence : nous nous sommes égarés. Passant outre les instructions de la feuille de route, et les flèches que nous continuons à trouver sur notre route, nous décidons de rejoindre le premier contrôle de ravitaillement, à la base de loisires de Buthiers, par le chemin le plus direct. De toute façon, nous avons déjà plus de kilomètres au compteur que nous ne devrons avoir à ce contrôle. Et de fait, quand nous parvenons à l'atteindre, nous avons parcourus une vingtaine de kilomètres de trop. Et d'après les discussions qui l'animent, nous ne sommes pas les seuls dans ce cas. Bon nombre de participants ont couverts bien plus de distance qu'indiquée sur les feuilles de route. Les organisateurs sont surpris par l'importance du nombre de cyclos s'étant fourvoyés et nous invitent à relire plus attentivement les instructions données.

2011-04-30 10-10-04 579Nous reprenons la route. A la suite d'un arrêt technique indispensable, nous sommes séparés du petit groupe avec qui nous roulions depuis le départ. Mais le brouillard s'étant dissipé, les flèches toujours bien visibles, nous poursuivons notre chemin tous deux. Peu après Bolancourt, Jean-Claude me fait part de son étonnement : cela fait plusieurs kilomètres que nous ne voyons plus le moindre cyclo. Ni devant nous, ni derrière. Comme nous n'avons pas de carte routière pour nous renseigner (quelque chose dont il faudra penser à se munir pour la prochaine randonnée inconnue), nous finissions par nous arrêter à Fromont afin de demander notre chemin. Une nouvelle fois nous nous sommes égarés. Nous rebroussons alors chemin et biffurquons en direction de Puiseaux pour tenter de retrouver le tracé officiel. Nous y parviendrons en fait une dizaine de kilomètres plus loin, à Beaumont du Gatinais. Nous y retrouvons même des cyclos et rejoindrons finalement Pannes, lieu du repas de midi, avec une trentaine de kilomètres de trop au compteur.

2011-04-30 12-32-36 699Les problèmes de flèchage sont le sujet principal de l'ensenble des tables voisines. En discutant avec les organisateurs, nous apprenons le fin mot de l'histoire : le lendemain, sur un tracé en grande partie similaire, se déroule une autre épreuve cycliste : la "cyclostart" dont les organisateurs n'ont rien trouvé de plus intelligent que d'utiliser les mêmes flèches, noires sur fond jaune, que celles utilisées sur la randonnée à laquelle nous participons. C'est proprement ahurissant !!!  

Nous prenons une sage décision : pour la poursuite de notre périple, nous vérifierons systématiquement le fléchage en le comparant aux indications portée sur la feuille de route. D'ailleurs celui-ci se fait de plus en plus rare. A certaines intersections, ce sont même les habitants qui nous renseignent : "Vous devez partir à droite".

Les kilomètres s'accumulent. 150, 160, 170. Il fait beau et chaud. Je commence à trouver le temps un peu long, d'autant que nous sommes encore loin de la ligne d'arrivée. Nous rejoignons deux cyclos de Villemeux qui eux aussi, connaissent une baisse de régime. Nous atteindrons tous les quatre ensemble, peu après 16 heures, le dernier point de contrôle à Moret-sur-Loing. J'ai 188 kilomètres au compteur (en tenant compte des 6 parcourus avant le départ). Il en reste encore près de cinquante pour rejoindre la ligne d'arrivée.

Un "groupetto" se forme. Nous sommes une quarantaine de cyclos à reprendre la route ensemble pour cette dernière partie de la randonnée... et autant à nous fourvoyer une nouvelle fois dans la traversée de la forêt de Fontainebleau. Plus la moindre flèche et des routes départementales introuvables.

2011-04-30 16-18-53 334Finalement c'est une nouvelle fois une simple carte routière qui nous permet de rejoindre Recloses figurant sur la feuille de route. Et c'est ainsi que, peu après 18 heures, après l'heure limite de fermeture du contrôle, que nous franchisons tous ensemble, la ligne d'arrivée et faisons enfin valider notre carte de pointage.

2011-05-01 09-04-48 685La distance officiel était de 207.5 kilomètres, j'en aurais fait 248 (sur le parcours) en 10.03 heures soit à une moyenne horaire de 25.4, pour un dénivelé total de 1391 mètres (261 kms de retour ches ma fille). Une première expérience pas vraiment heureuse et guère encourageante pour une nouvelle édition.

Sur l'extrait du parcours ci-dessous, on voit fort bien les portions excédentaires. Plus de 40 kilomètres au total

Parcours


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bruno 02/05/2011 23:51



Et bein tu vois que tu as le 300 dans les jambes


Finalement les BRM en autonomie complète sans fléchage ne sont pas plus mal car on reste concentré sur la feuille de route.


Mais même avec un seul parcours fleché on peut louper des flèches comme cela nous est arrivé ce week end et comme tu le verras dans le cr on est 3 à ne pas avoir vu les flèches fluo à un
carrefour



Cigogne 03/05/2011 11:08



Mais nous on les voyait très bien les flèches. On trouvait même le fléchage trè bien fait... au début.  Sauf que ce n'étaient pas les bonnes



Robert 02/05/2011 20:56



Alors les 207 kilomètres prévus ne te suffisaient pas. Il a fallu que tu en fasse encore plus. Tu fait en une journée ce que je fais en un mois.


Mais je suis bien d'accord avec toi. Ce genre d'aventure très lamentable, si elle m'était arrivée m'aurait bien fait râler aussi. Faudrait vraiment que les organisateurs prennent plus au sérieux
leurs responsabilités quand ils organisent leurs rallyes



mimi 02/05/2011 19:47



Toutes mes Félicitations La Cigogne, toi qui te faisait un monde des grandes distances pour une première c'est une bonne réussite tu mérites une
décoration.


Il est vrai que les Clubs ne prennent pas assez à coeur le fléchage des parcours, quand on entreprend ce genre de démarche il faut le faire impeccablement. Malheureusement se sont bien souvent
(des bénévoles) qui ne font pas forcément du cyclisme donc ils n'ont pas la même vision que celui qui pédale et les km effectués en trop sur une grand distance sont usants et bien décourageants.
Il est regrettable aussi, de la part des organisateurs, qu'au matin personne ne se soit assuré du flèchage correct.


Cette mésaventure peut inciter certains à ne pas revenir aux prochaines éditions de cette épreuve.


En conclusion ne pas oublier d'avoir sur soi une carte du secteur bien utile en cas de doute.


qui est pris ne le sera plus...


 



Cigogne 03/05/2011 10:53



D'accord pour la décoration. Surtout si elle est en chocolat. Mais assez grande, car il me faudra la partager avec Jean-Claude qui a également fait cette randonnée et la mérite tout autant que
moi 



Penn Ar Bed 02/05/2011 19:02



Bravo Cigogne ! Félicitations Sinon le
mieux c'est pas de flèchage du tout, une feuille de route et chacun amène sa carte routière et c'est parti ! Je me suis jamais perdu de cette manière.



Cigogne 03/05/2011 10:50



C'est une leçon à retenir effectivement : toujours partir avec une carte routière de la région, surtout quand on ne connaît pas le coin, comme c'était le cas.



madame cigogne 02/05/2011 17:50



 


 


Si ceux qui effectuent le flèchage pédalaient le jourJ ils verraient comme c'est drole de faire de la rallonge!!!!!!! bravo à vous les courageux et les mordus des kilometres a
vélo     madame cigogne



Cigogne 03/05/2011 10:49



Bien souvent on reconnaît le fléchage fait par des cyclos qui on l'habitude des randonnées. La grosse stupidité, dans le cas présent a été d'utiliser les mêmes flèches pour deux randos
différentes. Et ça, quel que soit la qualité du fléchage (et il était très bien fait) c'est d'une nullité...